rencontres libertines

BDSM, BONDAGE ET DISCIPLINE
MAITRESSE MADINTOUCH

Rejoindre ma communauté BDSM

Elena, Maîtresse BDSM – une experte à votre service

 

Notre Maitresse BDSM vous intrigue ? Vous aimeriez en savoir plus sur les différentes pratiques de cette communauté mystérieuse ? Peut-être même envisagez-vous une initiation ?

Vous êtes au bon endroit pour tout connaître du BDSM !

Après le succès de la trilogie « 50 nuances de Grey », de nombreuses « minettes » ont cherché à s’identifier à Anastasia Steele, rêvant de rencontrer leur énigmatique et ténébreux Christian Grey.

Pour une experte telle que moi (25 ans d’expérience en la matière), l’image que véhicule cette romance ne fait pas honneur à notre communauté puisqu’elle n’est pas représentative.

En effet, dans « 50 nuances de Grey », on est davantage plongé dans une histoire d’amour impossible qui se conclut par une « happy end » à faire pleurer les ménagères dans leur chaumière.

C’est pourquoi, j’ai décidé de mettre mon expertise à profit en créant cette page afin de vous révéler tous les secrets du BDSM. Ainsi, j’espère rétablir la vérité et démystifier l’idée que vous pourriez vous en faire.

Avant tout, j’aimerais vous résumer mon parcours et vous offrir l’occasion de mieux me connaître.

Comme vous l’aurez compris, je m’appelle Elena (n’y voyez aucun rapport avec le personnage de « 50 nuances de Grey », il s’agit d’une simple coïncidence, à croire qu’Erika Leonard James s’est inspirée de ma propre vie !).

J’ai 45 ans, je suis blonde aux yeux bleus et l’on dit de moi que je suis très charismatique. Je dois probablement ce qualificatif à ma silhouette voluptueuse et à mon style à la fois élégant et atypique.

Je suis aujourd’hui à la tête d’un réseau de franchise de salons de tatouages et de piercings que je dirige seule. Mon business étant florissant et ayant recruté suffisamment de personnes qualifiées pour m’épauler, je dispose de beaucoup de temps libre.

Cela me permet de me consacrer à ma passion pour le BDSM.

Issue d’une famille bourgeoise et instruite, je suis la benjamine d’une fratrie de 4 enfants. Etant considérée comme la « chouchoute » de la maison, je dois avouer qu’on m’a permis bien plus de choses qu’à mes aînés.

Ainsi, passionnée par les arts visuels depuis mon plus jeune âge, lorsque j’ai formulé le souhait de devenir tatoueuse, mes parents n’ont pas été un obstacle.

Après l’obtention de mon baccalauréat, j’ai donc pu choisir de poursuivre mes études à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris.

Originaire de Deauville, j’ai dû emménager sur Paris et j’ai bénéficié de l’appui financier de mon père (un avocat réputé) pour une durée de deux ans.

Cela m’a permis de me consacrer pleinement à mon apprentissage durant les deux premières années. Toutefois, il a fallu que je trouve un autre financement pour les 3 années restantes. Le coût de la vie étant particulièrement élevé lorsque l’on réside à Paris. Je devais trouver un moyen de gagner beaucoup d’argent sans nuire à mes études.

L’avantage quand on étudie à Paris et de surcroît, dans une école des Beaux-Arts est que l’on rencontre beaucoup de monde, avec des profils très variés. C’est donc au contact de Camila, une étudiante d’origine espagnole et un peu excentrique, que la solution m’est apparue.

Sur ses recommandations et grâce à ses relations, j’ai pu commencer à travailler le soir et les week-ends en tant que strip-teaseuse dans un cabaret à Pigalle.

J’ai immédiatement été séduite par ce milieu et mon salaire, cumulé aux pourboires que j’engrangeais, m’ont permis de vivre très confortablement.

J’ai mis un pied dans le milieu BDSM ; j’étais alors âgée de 20 printemps ; quand j’ai fait la connaissance de Giovanni, un habitué qui venait me regarder dès qu’il pouvait.

Je garde les détails de notre rencontre, ainsi que le déroulement de mon initiation pour un autre récit que j’aurai plaisir à partager avec vous ultérieurement.

Vous en savez désormais un peu plus sur mon vécu et j’espère que ces révélations serviront à développer une relation de confiance avec vous.

Prochainement, je proposerai mes services en tant que formatrice BDSM afin de vous initier à la Domination ou à la Soumission.

Ainsi, je mettrai mes 25 années d’expérience à votre service pour vous permettre de vous épanouir grâce aux pratiques BDSM.

En attendant, je vous propose un glossaire que j’ai rédigé spécialement pour vous et que vous pouvez consulter gratuitement.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires !

A très vite,

Elena, Maîtresse BDSM

 

Rejoindre ma communauté BDSM

GLOSSAIRE BDSM

Table of Contents

A

Abstinence forcée ou deprivation (en anglais)

Le/la Dominant(e) prive le/la Soumis(e) de toute sensation au niveau des organes génitaux à l’aide d’accessoires (cage ou ceinture de chasteté, par exemple).

Aftershock

A la suite d’une séance de soumission ayant duré longtemps, le/la Soumis(e) est parfois en état de choc. Suite aux humiliations et/ou douleurs infligées, le corps peut se mettre à trembler et une sensation de froid peut également se manifester.

Ageplayer

Il s’agit d’un jeu de rôle au sein duquel une ou plusieurs personne(s) change(nt) d’âge. Dans la plupart des cas, cette pratique est utilisée pour qu’une des deux parties se comporte comme un bébé tandis que l’autre prend le rôle de parent.

Agoraphilie

Pratique qui consiste à être dans un lieu public et être très excité par le fait d’avoir une relation sexuelle à la vue de tous.

Agrexophilie

Le fait de savoir que d’autres personnes sont au courant que vous êtes en train d’avoir une relation sexuelle.

Agura Shibari

Posture issue de l’art du ligotage japonais qui signifie « être ligoté en tailleur ».

Algophilie et Algolagnie

Souffrance infligée ou éprouvée qui conduit à une forte stimulation sexuelle.

B

Bâillon-boule ou Gag ball (en Anglais)

Le « bâillon-boule », aussi connu sous le terme anglo-saxon « Gag ball », est utilisé pour bâillonner le/la Soumis(e) de façon humiliante. Cet accessoire se compose d’une boule (en caoutchouc ou en silicone) insérée dans la bouche et maintenue par des sangles. Seuls les sons peuvent encore être émis mais il est impossible de parler.  

Baubophilie

Action qui consiste à relever sa jupe ou sa robe afin d’exhiber son sexe pour ressentir de l’excitation.

BDSM

L’acronyme « BDSM » regroupe 3 types de relations sexuelles particulières. Leurs spécificités résident dans le fait que ces pratiques sont considérées comme inhabituelles, voire même étranges pour les non-initiés. En voici la signification :

 

–        Bondage et Discipline

–        Domination et Soumission

–        Sadisme et Masochisme

 

Bondage

Pratique BDSM qui repose sur le ligotage de son partenaire (à l’aide de cordes, chaines, menottes, sangles, ruban adhésif, etc.) dans le cadre d’une relation Domination/Soumission.

Bootblack

Expression anglaise qui signifie « cireur de chaussures », plus précisément ce terme définit un individu dont le rôle est de lustrer des chaussures dans le cadre de soirées BDSM sur le thème du fétichisme.

Bot/bottom

Substantif qui désigne la personne qui subit les châtiments et avilissements administrés au cours d’une session de soumission.

Brat

Appellation d’un/d’une Soumis(e) qui provoque sciemment son/sa Maître(sse) en adoptant une attitude revêche. L’individu défie le/la Dominant(e) en faisant preuve d’irrespect, de résistance et d’insolence dans le but d’affronter l’autre. Au terme de la confrontation, le/la Soumis(e) finira tout de même par obtempérer. 

Bukkake

Le principe du bukkake est d’éjaculer sur le visage de son/sa partenaire à la fin du rapport sexuel. Ce procédé particulièrement humiliant pour celui/celle qui se fait éclabousser décuple l’intensité de l’orgasme chez celui qui en est à l’origine

Bunny/Rope bunny

Cette expression caractérise une personne qui ressent beaucoup de plaisir lorsqu’il/elle se fait attacher.

C

Camisole ou chemise de force

A l’origine, ce vêtement servait à la contrition des malades en milieu psychiatrique afin de protéger les autres patients et éviter qu’ils ne se fassent du mal à eux-mêmes.

Dans le cadre du bondage, cet équipement sert à ligoter le/la Soumis(e). Cette chemise peut être composée de divers matériaux comme le latex, le cuir ou le PVC.

Candaulisme

Le « candaulisme » est pratiqué par les couples dont l’homme stimule son excitation sexuelle en prêtant ou en offrant sa femme à d’autres hommes pour qu’ils aient un rapport sexuel devant lui.

Caning

Fait de recourir avec une certaine maîtrise au maniement de la canne anglaise. En principe, cette appellation se réfère à un usage dans les règles de l’art et principalement sur des fesses dénudées ou sur le haut des cuisses.

Canne anglaise

Cet objet, fabriqué à base de rotin ou de bambou, est utilisé pour sa flexibilité lors de punitions corporelles afin de flageller son/sa partenaire ou de lui donner une fessée.

Carcan

Instrument de torture utilisé jusqu’au 19ème siècle qui était fait de métal, placé autour du cou d’un condamné pour l’attacher en place publique. On le retrouvait aussi pour contraindre les animaux, ces colliers étaient alors en bois. Par extension, dans le langage familier ce terme désigne une personne despotique qui oppresse son entourage.

Dans le domaine du bondage, le carcan sert à ligoter une personne soumise.

Carnet de Soumis(e)

Cahier dans lequel la personne soumise peut consigner toutes ses envies au sein de sa relation BDSM. Le/la Dominant(e) peut le consulter à tout moment. Il s’agit en quelque sorte d’un carnet de liaison entre les deux parties qui favorise les échanges entre le/la Maître(sse) et le/la Soumis(e).

Cathéter

Dans la sphère médicale, le « cathéter » est une sorte de tuyau très fin qui est introduit dans certains organes du corps humain afin de faire passe des fluides.

En BDSM, le « cathéter » est majoritairement employé pour être inséré dans l’urètre (masculin ou féminin) afin d’en extraire l’urine. 

Ceinture / cage de chasteté

Accessoire imposé à la personne soumise dans le but de l’empêcher d’avoir une quelconque activité sexuelle notamment de pratiquer la masturbation au cours d’une séance de BDSM.

Ceinture Gode

Issu de la famille des sextoys, la « ceinture gode » ou encore gode-ceinture ou harnais godemiché est un accessoire qui permet à une femme de « s’équiper » d’un pénis factice. Ce jouet est souvent utilisée par une Dominante de façon oral ou anal sur le Soumis. Toutefois, une femme peut également s’en servir avec une autre femme pour un usage oral, vaginal ou anal.

Cérémonie des roses

Rituel, aussi appelé « cérémonie du collier » dans un contexte BDSM, au cours duquel le/ la Soumis(e) se voit offrir son collier (symbole d’allégeance) par son/sa Maître(sse). Le/ la Dominé(e) fait serment de servitude et le/ la Dominant(e) formule ses exigences à l’égard du/de la Soumis(e).

Cette cérémonie permet aux deux parties de sceller leur engagement mutuel.

Chatouillement

Sorte de châtiment administré à une personne soumise et ligotée. L’intensité du supplice poussé à l’extrême peut conduire à un état de souffrance insupportable.

Chauffeur (Être le)

Ce statut est donné au/à la Soumis(e) qui fait office de taxi pour conduire en voiture son/sa Maître(sse). Ce rôle est souvent réservé au Money Slave. 

Check list

Dans le même registre que le « carnet de Soumis(e »), cette liste permet de répertorier l’ensemble des pratiques BDSM acceptées ou interdites. Ce document peut également servir de base de négociation avant l’établissement du « contrat » entre les deux parties. 

Chiot humain

Pour les propriétaires d’animaux de compagnie tels qu’un chien, ce dernier est une sorte de possession comme s’il s’agissait d’un objet. Dans une relation Dominant(e)/Soumis(e), le fait d’être déshumanisé et traité comme un chien peut procurer une certaine excitation pour celui ou celle qui subit ce traitement. 

Chocolat

Ce terme est surtout de nature à éviter d’être censuré sur Internet et notamment sur Facebook. Il sert à identifier de façon codée celui/celle qui pratique le BDSM.

Clamp nipples ou pince à seins

La « pince à seins » est un accessoire souvent utilisé dans le milieu BDSM pour exacerber la sensation de durcissement au niveau des tétons. Il s’agit d’une pince qui comprime l’organe et empêche la circulation sanguine.  Il existe de nombreuses variantes notamment en ce qui concerne les matières mais aussi avec une possibilité de « régler » progressivement l’intensité du pincement. Ce jouet est employé pour les femmes comme pour les hommes et peut également servir à pincer d’autres parties du corps.

Cock and ball torture

Souvent employé par son abréviation « CBT », cette pratique consiste à piétiner, pincer, ligoter, fouetter ou frapper le pénis et les testicules de son Soumis avec ou sans accessoires.

Code couleurs (vert, jaune, rouge)

Afin d’éviter tout dérapage lors des jeux BDSM et principalement lorsqu’une nouvelle relation débute, il convient de fixer des mots « limites ». C’est pourquoi les personnes qui pratiquent le BDSM emploient trois couleurs. Ainsi, « vert » signifie que tout va bien, « jaune » indique que c’est supportable, mais que cela commence à être dur, « rouge » notifie que le ou la Soumis(e) atteint presque ses limites.

Ce code permet de ne pas recourir au « safeword » et évite de mettre un terme à la séance.

Collier ou collar (en anglais)

Objet très symbolique des pratiques BDSM, le collier revêt plusieurs rôles. En effet, il sert principalement à être placé autour du cou du/de la Soumis(e) afin de signifier son attachement à son/sa Maître(sse). Mais il permet également d’accrocher une laisse pour les séances de jeux de ligotage.

Compersion

Procure une sensation d’épanouissement pour un partenaire qui regarde l’autre prendre du plaisir avec quelqu’un d’autre. Cette pratique est plutôt issue des relations polyamoureuses.

Contrat

Echange des consentements rédigés ou non de chaque partie qui instaure un cadre que chacun devra respecter, mais n’a pas de valeur juridique. L’objectif est d’anticiper les pratiques acceptées et les limites de chaque individu. Comme tout contrat, ce dernier peut être renégocié ultérieurement.   

Corde

Objet de prédilection de la communauté BDSM qui sert au bondage (ligotage), cet accessoire s’apparente au fétichisme.

Corset

Initialement, le corset était un sous-vêtement porté par les femmes et qui permettait d’affiner leur taille par le biais d’un laçage très serré.

Cela en faisait un accessoire très contraignant et difficile à porter, c’est pourquoi il est parfois utilisé à des fins de ligotage dans une relation BDSM.

Il permet aussi d’exacerber la féminité d’une soumise et peut être considéré comme un vêtement fétichiste.

Dans certains cas extrêmes, le corset peut également être porté par une Soumise dans le but de déplacer certains de ses organes internes afin de réduire progressivement sa taille.

Cravache ou crop (en anglais)

Cet accessoire provient du milieu équestre et sert à guider les chevaux. Par extension, la « cravache » est fréquemment utilisée pour soumettre et maîtriser le/la Dominé(e) lors de séances BDSM.

Croix Saint-André ou St Andrew cross (en anglais)

Initialement, la « Croix Saint-André » fut fabriquée pour crucifier André, premier apôtre de Jésus parti prêcher la bonne parole, dont le passage chez les Romains n’avait pas été apprécié.

Il s’agit d’un instrument en croix formant un X qui sert désormais dans le milieu BDSM à ligoter une personne. Ainsi, le/la Soumis(e) n’a aucune possibilité de mouvement et le/la Dominant(e) gagne en précision lors de séances de châtiments (à l’aide d’un fouet, par exemple).

Cuckolding

Version du « candaulisme » auquel s’ajoutent humiliation et avilissements à l’égard de l’homme trompé de la part des deux autres. Il peut s’agir d’insultes, de jets d’objets, de crachats, etc.

Cuffs ou bracelets

Accessoire couramment employé dans la pratique du bondage. Le bracelet (en cuir, en métal, en caoutchouc, etc.) sert à ligoter différentes parties du corps tels que les chevilles, les poignets, les bras ou les jambes. 

D

DDLG/DDLB/MDLB/MDLG

De nombreux sigles sont utilisés pour déterminer les différents types de relations au sein d’un rapport BDSM.

« DDLG » est l’acronyme de « Daddy Dom / Little Girl », qui se traduit en français par « Domination Paternelle / Petite Fille ». Le principe consiste à ce que le Dominant se prenne pour le père de la petite fille Soumise.

Plusieurs variantes existent : « DDLB » pour « Daddy Dom / Little Boy » qui concerne un rapport « Domination Paternelle / Petit Garçon », « MDLB » pour « Mummy Dom / Little Boy » qui signifie « Domination Maternelle / Petit Garçon » et « MDLG » pour « Mummy Dom / Little Girl » qui veut dire « Domination Maternelle / Petite Fille ».

Dans tous ces cas de figure, le/la Soumis(e) est réduit(e) au statut d’enfant et se comporte comme tel. Ainsi, le jeu d’infantilisation peut se dérouler en utilisant des accessoires comme : des peluches, des couches, des biberons, etc. Il n’est pas toujours question de sexualité dans ce cadre.

Déni d’orgasme

L’objectif du déni d’orgasme (ou privation d’orgasme), pratiqué par le/la Maître(sse), est de procurer au/à la Soumis(e) un sentiment de frustration extrême. En effet, le/la Dominant(e) met tout en œuvre afin d’exciter son/sa partenaire puis, l’empêche d’atteindre la jouissance. Cette restriction sadique se déroule sous la forme d’un jeu particulièrement cruel qui consiste à pousser l’autre jusqu’à la limite de l’extase (parfois à plusieurs reprises). Cette méthode, courante dans le domaine du BDSM, contribue à exacerber la stimulation sexuelle (notamment masculine) et à décupler l’état de transe de celui/celle qui subit la manipulation. On peut aussi retrouver cette technique sous son appellation anglo-saxonne « Tease & Denial (T&D).   

Discipline

Règlement basé sur l’attribution de punitions et de récompenses qui définit le cadre de la relation Dominat(e)/Soumis(e). La « discipline » est une forme d’ « éducation » qui permet à une personne de prendre l’ascendant sur une autre.

Les sanctions ne sont pas toujours de nature physique, elles peuvent prendre la forme d’une privation de droit, d’une humiliation ou encore d’une corvée à exécuter.

DM 

Abréviation de « Dungeon Master ». Ce dernier est une personne (dotée d’une grande expérience en la matière) désignée pour garantir le bon déroulement d’une séance de BDSM ayant lieu dans un « Donjon » et assurer la sécurité des personnes présentes. 

Domina

Sorte de « prêtresse de la domination » qui impose spontanément sa supériorité et son autorité sur autrui. Le charisme naturel que dégage ce genre de femme la conduit généralement à contrôler plusieurs Soumis (qui peuvent aussi être des « MoneySlaves ») ou à pratiquer son art en tant qu’escorte professionnelle. 

Dominant

Mot qui qualifie la personne ayant un contrôle sur l’autre dans une relation Dominant(e)/Soumis(e). Le principe fonctionne sur la base du châtiment et de la récompense.

Domination

Rapport entre le/la Dominant(e) et le/la Soumis(e) au sein duquel les partenaires pratiquent le BDSM.

Donjon

Nom donné par la communauté BDSM aux lieux où se déroulent des activités de bondage, jeux de rôle ou masochisme. Il peut s’agir d’un bâtiment, d’un club, d’une salle de jeux ou d’une pièce particulière réservée aux membres BDSM. L’endroit dédié peut être utilisé ponctuellement ou de façon permanente. 

Douche dorée ou ondinisme ou golden shower(en anglais)

Toutes ces dénominations font référence au fait d’uriner sur son/sa partenaire.

Dresscode

A certaines occasions, un code vestimentaire peut être exigé pour pouvoir participer aux rencontres BDSM.

D/S

Cette abréviation est employée pour « Domination et Soumission ». Ce terme générique désigne un lien relationnel consenti entre deux individus, le/ la Dominant(e) et le/la Soumis(e).

E

Échange de pouvoirs

L’ « échange de pouvoirs » se matérialise par un consentement mutuel entre Dominant(e) et Soumis(e) qui détermine le rôle de chacun. Ainsi, le/la Soumis(e) donne son accord de servitude et le/la Dominat(e) prend le pouvoir.

Edgeplay 

Ce terme générique fait référence à l’ensemble des pratiques de BDSM qui peuvent mettre en danger la santé mentale et physique de la personne qui subit les sévices du/de la Dominant(e).

Le but recherché est de procurer une intense montée d’adrénaline à l’approche des limites du/de la Soumis(e). Ces jeux font usage du feu, d’aiguilles, de couteaux, d’armes ou toutes sortes d’objets dangereux qu’il convient de maîtriser pour éviter tout accident.

Edging

« Edging » est mot anglais que l’on peut traduire littéralement par « bordure ». L’objectif est de procurer du plaisir à son partenaire jusqu’à la limite de la jouissance et de stopper brutalement la stimulation pour ensuite décupler son orgasme.

Éducation anglaise

La tradition anglaise imposait auparavant une rigueur et une discipline très strictes à ses élèves. Inspirée de cette pratique, l’ « éducation anglaise » (dans le milieu BDSM) consiste à « dresser » le/la Soumis(e) en s’appuyant sur des punitions physiques lorsqu’un ordre n’est pas exécuté. Une multitude de châtiments peuvent être administrés au/à la Dominé(e) tels que fessées, coups de fouets, scarifications, etc. Bien entendu, le cadre des peines infligées est défini auparavant par les deux parties (notamment en faisant usage du « contrat »). 

Électricité

Il n’est pas rare d’utiliser l’électricité lorsque l’on pratique le « edgeplay ». Cette énergie est employée dans deux cas de figure.

Le premier utilise un générateur d’électricité statique. Il produit des faisceaux violets (Violet Wands) qui provoquent des picotements sur l’épiderme.

Le second fonctionne avec des électrodes qui génèrent des impulsions électriques dans les muscles. Ainsi, les muscles se contractent sans que le/la Soumis(e) puisse le contrôler.

Une certaine vigilance est de mise pour employer ces accessoires en toute sécurité.

Electroplay

Jeu d’électrostimulation sexuelle qui peut être pratiqué à l’aide de vibromasseur ou tout autre accessoire utilisant l’énergie électrique.  

Endorphine

Glande produite par l’organisme dans des situations physiques douloureuses qui procure une sensation  d’allégresse. Lorsque le corps libère des endorphines, il augmente sa capacité de résistance à la douleur. C’est en quelque sorte un antalgique spontané qui aide à dépasser les limites du supportable.

Enema

Instrument utilisé pour le nettoyage des intestins en vue d’un rapport anal.

Entraves

Terme qui désigne tout équipement contribuant au blocage des membres supérieurs et inférieurs. Les entraves peuvent être fabriquées en acier, en bois, en cuir, etc.

Esclave sexuel

Variante du soumis, l’esclave est considéré comme un objet par son/sa Maître(sse), il exécute le moindre de ses désirs sans jamais ouvrir la bouche ou échanger un regard.

Étables

A l’instar du bâtiment agricole d’élevage, en BDSM une « étable » désigne un groupement de plusieurs Soumis(es) dévoué(es) à leur Maître(sse).

Étiquette

Dans toute discipline, il existe une « étiquette », c’est-à-dire un ensemble de règles à respecter. Le milieu du BDSM ne fait pas exception à son utilisation et fixe certaines obligations telles que « respect » et « communication ».

En effet, il convient au préalable de définir le cadre des limites à ne pas dépasser et de choisir un mot-code (« safeword ») pour stopper toute pratique devenant insoutenable.

Puis, il est primordial de pouvoir échanger avec son partenaire au sujet des désirs, envies, tabous, de la sécurité, de l’hygiène et toute autre information importante qui permettra de mettre chacune des parties en confiance avant de se lancer dans le jeu.  

Étirement Des Couilles

Comme son nom l’indique, le principe est de tirer sur les testicules à l’aide d’un instrument appelé « parachute ». On retrouve couramment sa traduction anglaise « ball streching » notamment dans les magasins SM.

Être donné(e) à d’autres

Le/la Soumis(e), relégué(e) au statut d’objet, peut parfois être prêté(e) ponctuellement ou définitivement à un/une autre Maître(sse).

Examen

Certain(e)s Maître(sse)s procèdent à un examen approfondi (physique, médical, psychologique, etc.) soit en recourant à un professionnel soit par leurs propres moyens avant d’entamer une relation avec un(e) potentiel(le) Soumis(e).

Exhibitionnisme

D’une manière générale, l’ « exhibitionnisme » se caractérise par le fait de montrer ses parties intimes en public ou dans un cadre particulier à la vue des autres et peut même aller jusqu’à exposer ses ébats sexuels. Plus particulièrement, en BDSM l’ « exhibitionnisme » concerne le/la Soumis(e) exposé(e) par son/sa Maître(sse) dans le but de l’humilier en public. Dans ce cas, le/la Soumis(e) n’est pas obligatoirement nu(e), il/elle peut être déguisé(e) ou encore travesti(e).  

F

Féminisation

Travestissement pratiqué par une Dominante sur un Soumis pour le transformer en femme, souvent dans les jeux d’humiliation.

Fessée

Correction administrée avec la main ou un accessoire par le/la Dominant(e) sur les fesses nues du/de la Soumis(e).

Fétichisme sexuel

Le « fétichisme sexuel » stimule la sexualité grâce à un objet, une partie du corps ou une situation auxquels le fétichiste voue un culte particulier.

Fetlife

C’est le réseau social web consacré au BDSM le plus connu dans le monde. Les membres ont accès à de nombreuses ressources documentaires (photos ou textes) et peuvent entrer en contact avec d’autres adeptes.

Fireplay

Littéralement, le « fireplay » signifie « jeu de feu » et rentre dans le cadre du « edgeplay ». L’utilisation du feu sert soit à provoquer des sensations de chaleur soit à produire un sentiment de peur. 

Fist

Terme anglais qui se traduit par « poing ». Cette pratique consiste à insérer l’ensemble de la main (fermée ou non) à l’intérieur de l’anus ou du vagin de son/sa partenaire.

Fisting

D’une façon générale, le « fisting » est employé pour décrire l’introduction d’un accessoire large dans l’anus ou le vagin.

Flagellation

Châtiment corporel infligé sur plusieurs parties de l’anatomie (seins, fesses, cuisses, dos) à l’aide d’un fouet ou d’un martinet pour punir le/la Soumis(e).

Flogger

Mot anglais qui se traduit par « fouet », le « flogger » est un terme général qui désigne l’ensemble des jouets destinés à frapper les fesses et les seins sans provoquer de blessures.   

Florentine

Façon de manier à deux mains, le fouet ou le martinet.

Fouet

Accessoire composé d’une ou deux lanières de cuir attachée(s) à un manche, utilisé pour flageller le/la Soumis(e).

Furry

Terme anglais qui signifie « velu » et désigne un individu qui apprécie particulièrement d’être considéré comme un animal.

G

Gang bang

Séance au cours de laquelle une femme se fait pénétrer par autant d’hommes qu’elle le désire à tour de rôle tout en se réservant le droit de choisir à quel participant elle s’offre ou non.

Gifle

Correction donnée à un/un(e) Soumis(e) dans le cadre du jeu BDSM. Cette dernière doit être administrée dans les règles de l’art afin d’éviter les blessures.

Glory hole

Expression anglaise qu’il convient de traduire par « trou dans le mur », destiné à faire passer le pénis au travers afin de pratiquer une fellation ou autre. Cette installation peut se trouver dans des pièces dédiées ou parfois dans les toilettes publiques.

Gold star

Expression qui décrit un/une homosexuel(le) n’ayant jamais eu de relation sexuelle hétéro.

Goréen

A l’origine, Gor est un personnage de romans de fiction créé par John Norman. Au travers de ses aventures, on découvre un système reposant sur l’esclavagisme des femmes au service des désirs sexuels masculins. Le terme « goréen » est un dérivé qui est employé dans le milieu BDSM.

Go word

A l’inverse du « safe-word », cette expression permet de faire savoir à son/sa Maître(sse) que la soumission peut démarrer ou reprendre après une pause.

Graine

Autre façon de nommer l’organe sexuel masculin.

Gynarchie

Société au sein de laquelle seule la femme peut être la Dominatrice, du fait de sa supériorité autoproclamée sur l’homme. C’est la femme qui détient le pouvoir

H

Hanky code

Initialement, cette expression est employée dans la communauté cuir gay. Elle consiste à mettre en évidence un signe vestimentaire permettant aux autres participants d’identifier les préférences de chacun. Ce code est aussi employé dans le milieu BDSM avec des accessoires vestimentaires de différentes couleurs. Ainsi, il est plus facile de reconnaître quelles sont les pratiques privilégiées de chaque adepte. 

Hard limits

Avant d’engager une relation BDSM, il convient que chacune des parties fasse part des pratiques qu’elle ne peut tolérer et qui constituent des bornes impossibles à franchir.

Hétéroflexible

Individu qui se définit comme étant hétérosexuel, mais qui peut occasionnellement avoir des rapports sexuels avec des personnes de même sexe.

Homoflexible

Individu qui se définit comme étant homosexuel, mais qui peut occasionnellement avoir des rapports sexuels avec des personnes de sexe opposé.

Humiliation

L’ « humiliation » fait partie des châtiments qui peuvent être infligés par un/une Dominant(e) sur un/une Soumis(e). L’objectif est de procurer un sentiment de honte qui peut être induit de différentes manières : soit en « déguisant » le/la Soumis(e) pour le/la ridiculiser en public, soit en l’insultant de façon à le/la rabaisser devant d’autres personnes ou encore dans la sphère privée en exigeant du/de la Soumis(e) qu’il/elle effectue des tâches ingrates. 

I

Interdits

Synonyme de « hard limits », qui déterminent les limites à ne pas franchir lors d’un rapport BDSM. Ces interdits sont toujours énoncés avant d’entamer une relation.

J

Jeu de cire ou wax play (en anglais)

Ce jeu fonctionne à l’aide de bougies. La cire chaude liquide produite est déversée sur différentes parties du corps du/de la Soumis(e). L’objectif est de repousser les limites de la souffrance ressentie par l’activation des endorphines.

Jeu de corde ou rope plan (en anglais)

Activité de bondage pratiquée à l’aide de cordes.

Jeu de lames ou Knife play (en anglais)

Cette pratique rentre dans le cadre du « edgeplay ». L’usage des lames conduit le corps de celui/celle qui subit à produire des endorphines. Ainsi, le sentiment de danger décuple l’excitation et donc le plaisir. Toutefois, il est préférable d’avoir une excellente maîtrise de ces objets étant donné le risque encouru.

Jeu de sang

Lors de séances BDSM, les participants peuvent parfois faire usage du sang soit pour donner une dimension terrifiante à la scène, soit parce qu’ils le voient comme fétichisme.

Jeu d’impact

Tout coup physique administré avec la main, le fouet, la cravache, etc., entre dans la catégorie du « jeu d’impact ». 

Jouets

Terme générique qui regroupe l’ensemble des accessoires utilisés par la communauté BDSM.

K

Keyholder

Terme anglais qui signifie au sens large « porteur de clés ». Dans la communauté BDSM, il désigne le/la Dominant(e) (ou une tierce personne) qui détient la ou les clés utilisées pour le verrouillage de menottes, cage ou ceinture de chasteté ou autre système d’enfermement.

Kinbaku

Discipline provenant du Japon, le « Kinbaku » utilise des cordes pour la pratique du bondage érotique, dont la subtilité réside dans la création de formes géométriques. On retrouve également cette pratique sous l’appellation « Shibari ». 

Kinkster

Mot anglais qui sert à qualifier une personne qui apprécie tout ce qui a trait au domaine du BDSM.

Kinky

Littéralement, le mot anglais « kinky » se traduit par « vicieux » ou « pervers ». Dans le milieu BDSM, « kinky » prend plutôt le sens de « coquin ».

Kitten

Désigne le/la Soumis(e) qui se travestit en chat ou chaton au cours d’un jeu de rôle.

L

Lavement

Protocole qui consiste à nettoyer les intestins en vue d’un rapport anal.

Leather woman/man/mummy/daddy/top/bot/boy/girl

Individu fétichiste du cuir et qui adhère aux codes et usages de la corporation « cuir ».

Lesbianisme

Dans une relation Maîtresse/Soumis, le « lesbianisme » consiste à travestir le Dominé pour le transformer en femme afin de faire de lui une Soumise. Parfois, le Soumis travesti peut être forcé à avoir un rapport sexuel avec une autre femme que sa Maîtresse. 

Licorne 

Partenaire féminin particulièrement difficile à recruter car très rare. En effet, il s’agit d’une femme ouverte aux trios avec un couple et prête à avoir des relations tant avec l’homme que la femme. De plus, cette dernière n’a pas pour vocation à entretenir de relation suivie avec le couple. Autrement dit, cette dernière ne doit apparaître dans la vie du couple que de façon éphémère et procurer du plaisir aux deux parties de façon équitable.

Liens

Tout accessoire permettant d’attacher une personne ou d’entraver ses mouvements (menottes, foulards, chaînes, etc.) est considéré comme un lien. 

M

Maître/MaîtresseAu sein de la communauté BDSM, ce qualificatif est employé pour identifier le/la Dominant(e) qui procède à la soumission de son/sa partenaire. Plus qu’une simple désignation, ce terme s’apparente davantage à une fonction acquise par une certaine expertise de la Domination.

Martinet

Accessoire destiné à frapper les fesses et les seins sans provoquer de blessures. Cet objet se compose d’un manche et de plusieurs lanières qui peuvent être de différentes matières (cuir, corde, etc.).

Masochiste

Homme ou femme qui parvient à être stimulé(e) sexuellement et à éprouver du plaisir uniquement lorsqu’il/elle subit une maltraitance corporelle et/ou mentale. Le/la masochiste apprécie particulièrement qu’on le/la fasse souffrir et être rabaissé(e). 

Mécano-érotisme ou fucking machines (en anglais)

Cette expression a été créée pour décrire la pratique qui consiste à avoir recours à l’utilisation d’instruments mécanisés afin de reproduire l’acte sexuel.

Mégenrer 

Action d’attribuer un genre erroné à un individu, c’est-à-dire de prendre un homme pour une femme et inversement en employant un ton assez péjoratif.

Momification

Inspirée de la tradition égyptienne, la « momification » est le fait d’enrouler l’ensemble du corps du/de la Soumis(e) afin de l’enfermer. En revanche, dans la pratique BDSM, le/la Maître(sse) peut utiliser différents types de matériaux tels que du scotch, des bandes de tissu, du latex, du cuir ou du film alimentaire. Ainsi, le/la Dominé(e) est contraint(e) à tel point qu’il/elle ne peut plus bouger, ce qui empêche ses sensations et exacerbe son excitation.

MoneySlave

Individu qui se fait soumettre par un/une Maître(sse) en échange d’argent ou de cadeaux. La relation est la plupart du temps platonique, le « MoneySlave » recherche surtout à être humilié et rabaissé.

Munch

Terme anglais qui caractérise un premier contact dans un lieu neutre permettant aux adeptes de faire connaissance. Cette entrevue peut être ouverte aux personnes non-initiées qui souhaitent en apprendre davantage sur le milieu BDSM et qui envisagent éventuellement une première initiation.

N

Needle play

Séance de BDSM au cours de laquelle l’emploi d’aiguille contribue à augmenter l’adrénaline du partenaire.

Novice

Ce substantif est attribué aux néophytes qui souhaitent être initiés à la pratique du BDSM que ce soit pour devenir Maître(sse) ou Soumis(e). Un(e) « novice » est une personne qui entreprend un apprentissage des pratiques BDSM.  

O

OTK (over the knees)

Expression anglaise qui se traduit par « sur les genoux ». C’est une position courante pour recevoir une fessée de la part de son/sa Maître(sse).

P

Paddle

Accessoire servant à donner des coups sur le corps du/de la Soumis(e) et qui prend la forme d’une pagaie, c’est-à-dire avec une partie plate (en bois, en cuir ou autre) et un manche.

Pain slut

Personne qui prend plaisir à ressentir la souffrance physique ou psychologique. Ce type d’individu se caractérise notamment par le fait de pousser les limites aux frontières du danger.

Parachute

Instrument employé pour procéder au « ball streching », autrement dit à l’étirement des testicules, auquel on peut accrocher des poids plus ou moins lourds à l’aide de chaînettes. 

Pegging

Pratique basée sur le fait pour une femme de pénétrer un homme à l’aide d’une ceinture à laquelle est accroché un gode.

Petplay

Terme générique qui regroupe l’ensemble des jeux de rôle pendant lesquels le/la Soumis(e) se déguise en animal ou en créature imaginaire alors que le/la Maître(sse) endosse le rôle de dompteur. En plus d’être travesti(e), le/la Soumis(e) doit aussi adopter les caractéristiques comportementales du personnage qu’il/elle imite.

Pièce noire

Salle dédiée aux pratiques BDSM qui peut être commune ou isolée des autres participants, souvent consacrée à un thème en particulier (torture, glory hole, jeux de rôles, etc.).

Pilori

A l’origine, le « pilori » était un poteau auquel on attachait un traitre ou un condamné en place publique à la vue de tous.

Par dérivation, dans la communauté BDSM, le « pilori » sert à empêcher les mouvements de la tête, des poignets et parfois des chevilles du/de la Soumis(e). La version la plus courante est en bois et est constituée de deux poteaux sur lesquels repose une planche mobile avec des orifices pour bloquer la tête et les poignets.

Poney

Dans une séance de « Petplay », « poney » signifie que le/la Soumis(e) se déguise en cheval ou en poney. Le/la Maître(sse) devient alors Dresseur/se.

Privation sensorielle

Action qui consiste à décupler certaines stimulations sensorielles en empêchant son partenaire de faire usage d’autres sens (la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher, le goût) par des accessoires tels que la cagoule, les liens, etc.  

Protocole

Exigences du/de la Maître(sse) vis-à-vis de son/sa Soumis(e). Il s’agit de l’ensemble des désirs que le/la Soumis(e) doit impérativement exécuter pour satisfaire pleinement son/sa Maître(sse). En résumé, il s’agit des ordres à suivre et du cadre à respecter pour pouvoir prétendre à une relation Dominant(e)/Soumis(e).  

Pup

Dans le cadre d’un jeu de travestissement animal, « pup » indique que le/la Soumis(e) prend le rôle de chien (ou chiot).

Q

Queening

Il s’agit d’une position dans laquelle la Maîtresse est assise sur le visage du Soumis.

R

RACK (risk aware consensual kink)

Acronyme qui correspond à « Risk Aware Consensual Kink », c’est-à-dire « Sain, Sûr et Consenti ». C’est une sorte d’accord en pleine conscience donné par chacune des deux parties avant d’entamer une relation et qui permet d’accepter et de connaître les éventuels risques encourus. 

Restriction du regard ou Eye contact restriction (en anglais)

Lors de séances BDSM, le/la Soumis(e) a interdiction de regarder son/sa Maître(sse), il/elle doit constamment baisser les yeux afin de signifier sa totale soumission. 

Rigger

Terme employé dans la discipline du « Shibari » qui désigne la personne qui procède au bondage à l’aide de cordes.

Roulette de Wartenberg ou roue à pics

Cet instrument à l’origine utilisé dans la sphère médicale, tient son nom de son créateur Robert Wartenberg, neurologue. Sa fonction initiale consistait à relever des défaillances de la sensibilité chez un patient. Dans la pratique BDSM, son utilisation provoque des sensations de chatouillements intenses et parfois difficiles à supporter.   

S

Sadique

Personne qui est excitée par le fait de provoquer une souffrance physique ou mentale sur autrui. 

Safeword

Littéralement traduit par « mot de sécurité », le « safeword » est un terme déterminé en préambule de toute pratique BDSM. Ce dernier permet au/à la Soumis(e) d’interrompre la séance lorsque les châtiments deviennent trop difficiles à supporter. Il est préférable de choisir un mot atypique pour éviter toute confusion.   

SAM

Acronyme anglais qui signifie « Smart Ass Masochist ». « SAM » caractérise un/une Soumis(e) qui se comporte volontairement de façon insolente afin de recevoir des châtiments.

Scarification

Action de marquer la peau en utilisant un cutter ou une lame de rasoir (ou tout autre objet permettant de laisser une trace définitivement). En dehors de la douleur provoquée, la « scarification » peut aussi être utilisée pour tracer une inscription sur le corps du/de la Soumis(e) en signe d’appartenance à son/sa Maître(sse).

Scatophilie ou brown shower (en anglais)

Une personne qui a recours à la « scatophilie » est stimulée sexuellement par l’utilisation de déjections humaines dans un contexte BDSM.

Scopophilie

Pratique qui consiste à jouir exclusivement en présence d’individus en train d’avoir des rapports sexuels. La différence avec le « voyeurisme » réside dans le comportement du « scopophile ». En effet, ce dernier ne cherche pas à observer en cachette.

Shibari

Discipline japonaise qui consiste à immobiliser et ligoter son partenaire à l’aide de cordes. Initialement, la subtilité du « Shibari » réside dans la création de formes géométriques. On retrouve également cette pratique sous l’appellation « kinbaku ». 

Slow word

Le « slow word » est une variante du « safeword » que le/la Soumis(e) emploie pour signifier à son/sa Maître(sse) qu’il/elle approche de la limite du supportable.

Soumis

Terme employé par la communauté BDSM pour désigner un individu qui consent à donner les pleins pouvoirs sur sa personne à un/une Maître(sse). 

Soumission

Dans le contexte BDSM, effet de domination produit via les châtiments infligés par le/la Maître(sse) sur le/la Soumis(e).

Subdrop

Pour le/la Soumis(e), il s’agit des répercussions causées par la frénésie d’une longue séance BDSM qui conduit à un état de végétation et de déconnection (comme après une anesthésie générale). Le retour à un état de pleine conscience peut prendre plus ou moins de temps en fonction de l’intensité du jeu. 

Subspace

Ce terme anglais signifie « extase masochiste », il est utilisé pour décrire le bien-être euphorique ressenti par celui/celle qui est  Soumis(e). En général, cette sensation apparaît en cours de séance et laisse place uniquement au plaisir procuré par la situation.   

Spank

Mot anglais pour désigner la fessée.

Spanking bench ou banc pour la fessée

Equipement mobilier servant à l’installation optimale et au bondage du/de la Soumis(e) pour se faire claquer les fesses.

Spreader bar ou barre d’écartement

Barre extensible qui permet d’attacher les membres inférieurs ou supérieurs l’un à l’autre et d’en régler la distance.

Suffocation érotique ou breathplay (en anglais)

Cette pratique est une forme de « Edgeplay ». Le/la Dominant(e) étouffe ou étrangle le/la Soumis(e) afin qu’il/elle manque d’air. Il est important de souligner le caractère risqué de la privation d’oxygène.

Suspension

La « suspension » est un accessoire qui sert à accrocher son/sa partenaire par des câbles ou un harnais de façon à ce qu’il/elle soit pendu(e) dans les airs. L’ensemble du corps ou seulement une partie de l’anatomie peut être suspendu(e).

Switch

Terme anglais qui se traduit par « changer ». Un « switch » est une personne qui pratique le BDSM soit en tant que Maître(sse) soit en tant que Dominé(e).  

SSC

Acronyme qui correspond à « Safe, Sane, and Consensual» en anglais (similaire à « RACK ») ou « Sain, Sûr et Consenti » en français. C’est une sorte d’accord en pleine conscience donné par chacune des deux parties avant d’entamer une relation et qui permet d’accepter et de connaître les éventuels risques encourus. 

Strangulation

Dans le cadre de la « suffocation érotique » ou « breathplay », la « strangulation » consiste à étrangler son partenaire afin d’exacerber ses sensations. En effet, la privation d’air conduit à l’étourdissement et stimule le plaisir jusqu’à l’extase. Cette pratique entre dans la catégorie du « edgeplay » et nécessite une certaine vigilance au vu des risques encourus.

Sitophilie ou sex food (en anglais)

Une personne qui s‘adonne à la « sitophilie » recherche l’excitation par l’usage de nourriture au cours de jeux érotiques, comme par exemple s’enduire de crème chantilly pour se faire lécher par son/sa partenaire. 

Souminateur

Personne qui cherche une relation de soumission avec un/une Dominant(e), mais qui va tenter de contrôler le jeu par des moyens détournés.

Sissy

Terme employé pour qualifier un Soumis qui se travestit en femme et endosse une attitude très féminine.

T

Top

Substantif qui désigne la personne qui administre les châtiments et avilissements au cours d’une session de soumission.

Topdrop

Pour le/la Dominant(e), il s’agit des répercussions physiques et psychologiques causées par la frénésie d’une longue séance BDSM. Le/la Maître(sse) éprouve une sensation de « descente », comme un contrecoup qui le/la laisse dans un état second. 

Topspace/top frenzy

Ce terme anglais signifie « extase sadique », il est utilisé pour décrire l’engouement frénétique et l’allégresse ressentis par celui/celle qui domine le/la Soumis(e). En général, cette sensation apparaît au cours de la séance et laisse place uniquement à l’adrénaline procurée par la situation.  

U

Urination

Action d’uriner sur son/sa Soumis(e), la plupart du temps sur son visage ou dans sa bouche. L’urine peut aussi être utilisée pour d’autres jeux érotiques consentis.

V

 Vacuum bed

Accessoire vestimentaire composé de latex (parfois de cuir ou autres matières) utilisé pour pratiquer la « suffocation érotique » ou « breathplay ». Le corps du/de la Soumis(e) est complètement enfermé dans ce sac hermétique, puis le/la Maître(sse) absorbe l’oxygène à l’aide d’un tuyau. Cette situation provoque chez le/la Soumis(e) emprisonné(e) et privé(e) d’oxygène une intense stimulation érotique.

 Vanille

Dans la communauté BDSM, « Vanille » désigne un individu qui ne s’adonne pas à la discipline.

Vénale

Adjectif employé pour qualifier un/une Maître(sse) qui pratique le BDSM avec des « MoneySlaves », c’est-à-dire des Soumis(es) qui donnent de l’argent et font des cadeaux en échange de leur soumission.

Voyeurisme

Action d’espionner un ou plusieurs individus dénudés et/ou en train d’avoir un rapport sexuel pour stimuler sa libido, parfois jusqu’à l’orgasme. Généralement, le « voyeuriste » met tout en œuvre pour ne pas être vu et les personnes qu’il regarde ne savent pas qu’elles sont épiées.  

 #

 24/7

Désigne un rapport Dominant(e)/Soumis(e) qui a lieu jour et nuit et 7 jours sur 7.

 

Rejoindre ma communauté BDSM

Inscription rapide

Nos derniers articles ....

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn