Hardeur du Tantra le cap d’agde « On se touche sur Madintouch« 

Hardeur au village naturiste Je n’ai jamais rencontré de hardeur sur madintouch , je me prénomme Caroline, je suis des études de Lettre à Paris. Car je suis célibataire et ma plus belle love story n’a duré que quelques semaines et je suis le genre de filles à m’éclater, à profiter pleinement de la vie et des hommes.

Le garçon dont je vais vanter les mérites ici est très connu, mais par discrétion je vais utiliser un pseudo, parce apparemment il est marié. Marié, et fidèle de réputation, malgré sa profession : Ludo, appelons-le ainsi, est acteur porno, un « hardeur » dans le métier du X. Un soir, il m’aborde en boite de nuit à ma grande surprise. Après quelques échanges intimidant.

Il faut vous dire qu’il s’est montré envers moi aussi timide qu’entreprenant.

Timide, pour la bonne cause, pas ce genre de mec relou qui te saoul et se la raconte, si tu vois ce que je veux dire. De l’assurance, dans le sens où il m’a clairement fait comprendre. Qu’il veut passer du bon temps avec mes copines et moi, en tout cas ce soir-là.
Nous dansons un moment, et après avoir enchaîné les vers, je dois avouer avoir pas mal bu, et beaucoup discuté dans un état désinhibé. Il me dit être acteur, je lui parle alors de mes études de Lettres, sans lui laisser penser que mes coquines d’amies m’ont, réellement, tenue au de son activité cocasse. Et c’est sans arrières pensées – enfin, un petit peu quand même, je dois l’avouer – que je le laisse me raccompagner à la maison, puis que je de décide de l’inviter mes deux coquines de copines à boire un dernier verre.

Je dis ça « sans penser à mal », parce que je ne regarde pas de film de cul et que je me suis pas mise à fantasmer au moment où j’apprends qu’il est hardeur.

Pour moi, c’est un coup d’un soir comme tous les autres.
Si vous connaissez un peu le porno gonzo, vous devez vous rendre compte, que à ce stade, que d’une grosse, mais alors une très grosse surprise, va m’attendre.

Nous avons flirté à 4 sur mon canapé hummmm, nous nous sommes bécotés, il a commencé par me tripoter et à caresser nos seins. Une action en entraînant une autre, nous nous sommes retrouvées en petite culotte et lui en boxer.

Oui, je vois bien la grosse bosse se former sous le tissu, mais je n’en déduit rien de spécial. Les caresses se sont faites de plus en plus précises, jusqu’à ce qu’il retire ma culotte. Pendant que mes 2 gourmandes s’embrassent langoureusement tout en se caressant.

Je me suis retrouvée seule, assise sur le canapé, lui les genoux à terre devant moi. Petit à petit à me entreprendre un cunnilingus pendant que mes chéries lui caressent sa belle grosse bosse. Rien à voir avec les clichés du porno. Puisque, il esr doux et tendre mais surtout très talentueux avec sa langue, à l’écoute de nos désirs les plus coquins. Je débute un premier orgasme, petit, mais très agréable. Alors, il set redresse. Ensuitedans le feu de l’action, je retire son boxer.

Hardeur  à grosse queue !

Mazette, incroyable du jamais vu ! Un long et gros engin. Je n’ai pas vraiment le compas dans l’œil, mais je peux te certifier sur l’honneur que sa verge en érection faisait, au bas mot, plus de 27 cm ! D’une largeur à faire pâlir un Congolais, en plus de cela ! Je commence à tourner de l’œil devant ce bel engin qu’il me présente en face à face. Ludo semble un peu mal à l’aise.

Ainsi, timidement il se rapproche pour que je l’embrasse à pleine bouche, comme pour le rassurer.

Je sens son membre contre mon visage. Je ne me trompe pas, il est bien raide comme un piquet de grève ! J’ai déjà connu des garçons bien membrés mais, en général, cet équipage n’a pas de si surprenantes érections. Je demande alors à Ludo de s’installer à son tour sur le canapé et je commence à le pomper sauvagement avec mes copines perverses.

Tout à coup, il se trouve vraiment bien chaud, je tends la main jusqu’à mon sac pour en retirer des capotes. Il me souri et retient ma main. Enfin, il se penche vers son pantalon pour déchirer le préservatif XXL. Certes, sans nul doute, un hardeur est équipé hors normes.

Tant bien que mal, je m’acharne à dérouler le condom sur sa verge énorme. La peur me gagne, c’est vrai, mais je aussi hyper excitée à l’idée de tester un tel membre et de l’empaler au plus profond moi. Une fois équipé, je me l’escalade à califourchon. Puis je descends progressivement sur son sexe. Je sens chacun des 27 centimètres pénétrer dans mon petit vagin. Ensuite il baise avec mes amies à tour de rôle comme de petites salopes avides de sexe.

Une sensation fabuleuse, d’autant qu’il nous laisse faire à notre guise sans relâche.

Habitué qu’il est à son propre corps viril et bien fourni, il a même peur de nous faire mal à l’anus et à la chatte !
Emportée par mon élan, je me suis en quête de faire des mouvements de va-et-vient sur sa verge. Je ne m’en suis pas rendue compte, mais elle n’est alors pas encore toute entière en moi. D’un coup d’un seul, son chibre s’est figé jusqu’à ses testicules dans mon sexe et là. Et je dois bien avoir très mal et à la fois un râle de plaisir intense.

Mais ça n’a duré qu’un court instant. Car très vite, l’excitation a repris le dessus et je ne suis pas prête d’oublier ce sentiment de plénitude et de bien être. Que d’être baisée avec mes copines salopes par à une grosse bite.

Depuis, il m’arrive de regarder des films de fesse avec mes cochonnes favorites, mais uniquement les films sur Madintouch de mon hardeur adoré !

À ton tour de nous raconter tes aventures ! 

Découvre les meilleurs lieux de drague en France et à l’étranger en exclu !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.