Cougar et mariée, je séduis un jeune puceau

 

Alors que je suis tranquillement installée à dévorer le dernier roman de Bernard Werber dans mon fauteuil préféré, la sonnerie du téléphone interrompt ma lecture.

Au bout du fil, mon époux a vraisemblablement quelque chose à m’annoncer.

– Chérie, j’ai une surprise pour toi !

– Hummm génial, qu’est-ce que c’est ?

– Tu te souviens de Thomas ? Le neveu de ma sœur, Catherine ?

– Heu oui. Le garçon qu’elle a adopté avec son premier mari ?

– Oui ! Eh bien, il vient ce soir pour dîner à la maison.

– D’accord… Et c’est ça ta surprise ?

– En partie, oui. Il a eu 18 ans le mois dernier, je crois qu’il est encore puceau. Tu vois où je veux en venir ?…

– J’ai ma petite idée, mais je t’écoute mon cœur.

– J’aimerais que tu défourailles ce jeune éphèbe. T’es partante ?

– Oh que oui ! Vous arrivez vers quelle heure ?

– On sera là d’ici 2 heures alors prépare-toi ma petite coquine d’amour. Je t’embrasse.

– Ça marche ! A tout à l’heure. Bisous mon cœur.

Aussitôt le téléphone raccroché, je m’empresse d’aller faire couler un bain afin de me mettre en condition.

Cette nouvelle m’a complètement émoustillée, je déambule dans la maison en sautillant comme une gamine et en fredonnant des airs joyeux.

Pendant que la baignoire se remplit, je prépare quelques amuse-bouche pour l’apéritif et je mets quelques bouteilles de Champagne au frais.

Mon mari va arriver avec mon poulain d’ici 1 heure et quelques, je dois donc accélérer ma préparation.

Je me dirige vers le dressing au fond du couloir. Je reste quelques instants devant ma garde-robe, réfléchissant à la meilleure tenue pour séduire mon chaste prodige.

Je sais ! Je vais jouer la carte de la transparence, tout dans la subtilité.

Je suis certes une panthère gourmande et avide de jeune puceau, mais je reste une lady !

plan du site

J’emporte ma tenue dans la salle de bains et me glisse dans la mousse parfumée.

Je me prélasse tout en songeant à la soirée qui m’attend. Je suis très chanceuse d’avoir un mari attentif à mes fantasmes. Je sais aussi qu’il adore me mater alors que je me fais prendre par des louveteaux inexpérimentés.

Puis, je me savonne tout le corps et lave mes cheveux avant d’enfiler mon peignoir en satin. Place à la mise en beauté ! Je lance ma playlist préférée histoire de me mettre dans l’ambiance. J’adore me préparer en musique tout en ondulant mon corps devant le miroir.

Je choisis un maquillage léger mais sophistiqué qui saura mettre en valeur mes yeux noisette et mes lèvres charnues. Pour 40 ans, mon visage n’est pas très marqué par les rides. Il faut dire que je prête très attention aux produits que j’utilise pour le soin de ma peau.

Une fois fardée, je branche le sèche-cheveux pour coiffer ma chevelure rousse. J’opte pour un style coiffé-décoiffé. Je préfère rester assez naturelle, les jeunes me préfèrent ainsi en général.

Je m’observe dans le miroir et je suis satisfaite du reflet qu’il me renvoie.

Il ne me reste plus qu’à m’habiller. Je jette un œil sur l’horloge. Mes 2 mâles devraient arriver d’ici une demi-heure, le timing est parfait !

J’enfile un ensemble soutien-gorge et string en satin rouge bordeaux orné de dentelle. J’ai une silhouette plantureuse, inutile de trop en faire pour attirer l’attention. J’ajoute donc une paire de bas noirs à peine opaques puis je me glisse dans une robe noire ajourée et subtilement transparente ni trop longue ni trop courte.

Je m’admire tout en pivotant sur moi-même pour m’assurer que le résultat est à la hauteur. Ravie, je vaporise quelques touches de parfum dans mon coup. Puis, je me pare d’un collier en Y et d’une paire de créoles. J’éteins la musique et me dirige vers l’entrée pour mettre une paire d’escarpins avant d’aller à la cuisine pour terminer mes préparatifs.

Plus que quelques minutes avant le début des festivités, j’ai juste le temps d’arranger la table du salon pour rendre l’ambiance plus chaleureuse. Je place un chemin de table en Organza couleur pourpre et deux bougies parfumées pomme-cannelle. Je dispose les amuse-bouche et les coupes de Champagne, et le tour est joué !

Je reprends la lecture de mon roman pour patienter. Quelques minutes plus tard, j’entends la porte coulissante du garage s’ouvrir, l’excitation me regagne.

Mon adorable époux surgit au salon, accompagné de son jeune loup de neveu (par alliance, rappelons-le !).  Thomas a l’air réservé et me salue de loin. Je me lève et vais à leur rencontre, j’embrasse ce petit jouvenceau sur la joue puis dépose un baiser sur les lèvres de mon mari.

– Installez-vous sur le canapé, je vais chercher le Champagne.

– Je m’en occupe chérie, me lance mon mari. Assieds-toi avec Thomas et profitez-en pour faire plus ample connaissance. Il prend la direction de la cuisine tout en m’adressant un clin d’œil discret.

Nous prenons place, le jeune éphèbe dans le canapé, moi dans le fauteuil en face de lui.

J’engage la discussion en lui demandant ce qui l’amène en Bretagne. Il me raconte qu’il est en déplacement dans le cadre de son apprentissage en menuiserie et qu’il reste 3 jours.

Mon époux dévoué revient avec le Champagne, qu’il débouche aussitôt, avant de remplir les coupes.

– Je propose de porter un toast à la jeunesse et au plaisir d’être ensemble ce soir !

– Santé !

– Santé !

J’invite Thomas le jeune puceau à se servir dans le plat qui est devant lui.

Alors qu’il déguste mes canapés, j’en profite pour le dévisager. Je remarque son regard de chien battu, que je trouve très séduisant. Le jeune novice porte une chemise dont les 3 premiers boutons sont ouverts et dévoilent un torse imberbe. La chaleur commence à envahir l’espace entre mes cuisses. Je reprends quelques gorgées de Champagne pour éviter de laisser transparaître mon excitation trop rapidement.

Mon époux m’informe qu’il a proposé à Thomas de rester dormir chez nous pour les 3 prochaines nuits afin de lui éviter des frais d’hébergement. Je m’en réjouis immédiatement et adresse un grand sourire au jeune homme.

Mon mari et moi avons un code lorsque nous devons échanger quelques mots en privé. Au signal, je lui demande de venir m’aider quelques instants en cuisine.

Nous quittons le salon en demandant à Thomas de choisir la musique sur l’ordinateur.

Une fois à l’écart des oreilles chastes du jeune mâle, mon mari me demande de prétexter des travaux dans la chambre d’ami pour attirer Thomas dans notre lit conjugal. J’attrape une autre bouteille dans le réfrigérateur tout en lui faisant remarquer que la proposition est quelque peu culottée ! Il me rassure en me racontant que le louveteau s’est confié à lui dans la voiture et qu’il lui a révélé être très attiré par les femmes mûres. J’acquiesce tout en me disant que la manœuvre risque d’être périlleuse. Toutefois, j’aime les défis et je repars déterminée en quête de ma proie juvénile.

Nous reprenons place au salon, mon mari remplit nos verres et je décide d’activer la phase de séduction.

Je me penche lentement pour saisir ma coupe de Champagne tout en lançant un regard de braise à Thomas. Puis, je porte le Crystal à mes lèvres et avale quelques gorgées de façon très suggestive. Je vois à sa façon de changer de position sur le canapé qu’il est gêné, mais ne détourne pas les yeux.    

Ce bellâtre de 18 ans n’a probablement pas l’habitude d’être face à une femme cougar qui use de ses charmes pour le séduire. Mon époux relance la discussion en demandant à Thomas quelles sont ses passions. Je me lève du fauteuil tout en trémoussant mon postérieur à l’attention du jeune homme et m’éclipse aux toilettes.

De retour, je passe derrière le canapé et laisse glisser nonchalamment une main dans la nuque du  minot. Je le sens se crisper, mon mari lui adresse alors un regard bienveillant avec un sourire en coin. Puis il ajoute : « N’est-ce pas une magnifique créature ! ». Thomas acquiesce, embarrassé et saisit sa coupe de Champagne. Je me rassieds dans le fauteuil et commence à croiser puis décroiser mes jambes. Vous vous souvenez certainement du film Basic Instinct avec Sharon Stone ? J’entreprends le même jeu de séduction sur le jeune louveteau.

Je guette les réactions de Thomas, je crois que mes charmes opèrent sur lui et j’aperçois quelques rougeurs sur ses joues. Je me penche pour retirer mes escarpins tout doucement et passe la main dans mes cheveux pour dégager ma nuque. Mon numéro est plutôt bien rôdé et je sais que je vais bientôt pouvoir passer à l’action.

– Chéri tu nous rapportes une bouteille de Champagne s’il te plaît ?

– Tout de suite mon amour, vos désirs sont des ordres !

Il pose ses lèvres sur ma joue et disparaît à la cuisine.

Je saisis l’occasion pour déstabiliser ma proie un peu plus avant de l’attirer définitivement dans mes griffes.

– Aimes-tu faire de nouvelles expériences Thomas ?

– Heu… oui, enfin ça dépend, répond-il en se raclant la gorge.

– Je veux dire, goûter aux plaisirs charnels, si tu vois où je veux en venir.

– Ah ! euh… à vrai dire je suis plutôt inexpérimenté dans ce domaine.

– Justement ! A ton âge, tu dois bouillir d’envie de découvrir les délices de la chair, non ?

– Heu… oui… si, bien sûr mais…

– Ne sois pas gêné ! La règle d’or chez nous c’est : au diable les tabous ! Tu peux te détendre, tu sais.

Je le laisse reprendre ses esprits et termine ma coupe de Champagne.

– Me trouves-tu séduisante jeune homme ? lui demandé-je sur un ton presque autoritaire.

– Oui, évidemment. Vous êtes très belle, me répond-il en jetant un regard angoissé en direction de la cuisine.

– Pour commencer, cesse de me vouvoyer, tu veux !

– Oui. D’accord.

– Ensuite, il faut que tu saches que Jean-Jacques et moi sommes un couple libre. Tu sais ce que ça veut dire ?

– Oui… Enfin… Je crois.

– Ça veut dire que nous nous autorisons à avoir des expériences intimes qui peuvent sortir de l’ordinaire.

– Ah. D’accord. Ok, dit-il en baissant les yeux.

– Oh mais tu sais, ça ne veut pas dire que nous ne nous aimons pas. Il y a énormément d’amour entre nous !

A peine ai-je terminé ma phrase, Jean-Jacques revient avec le Champagne, une bouteille de Cognac et 2 cigares.

– Que dirais-tu d’un bon cigare accompagné d’un verre de Cognac mon petit Thomas ?

– Heu… Oui…

Le jeune mâle semble désorienté, un petit verre de Cognac ne lui fera sans doute pas de mal.

– Chérie, je te ressers du Champagne ?

– Volontiers !

Mon époux sort 2 autres verres et nous sert tous les 3. Nous trinquons à nouveau.

– Au fait chéri, tu te souviens que la chambre d’ami est toujours en travaux. Le peintre n’est toujours pas venu terminer.

– Ah oui c’est vrai, j’ai encore oublié de la rappeler ce bon à rien ! C’est pas grave, notre lit est suffisamment grand pour 3 ! Et puis, plus on est de fous, plus on rit, n’est-ce pas Thomas ?!

Le jeune poulain s’étrangle avec le Cognac qu’il vient d’avaler et devient rouge écarlate.

– Oh oui, super ! On va s’éclater ! Dis-je en adressant un clin d’œil à Thomas.

Le pauvre petit loup a l’air décontenancé. Il ravale une gorgée de Cognac et tire une grosse bouffée sur le cigare. L’alcool l’aidant à se détendre, je crois distinguer une lueur lubrique dans son regard.

La soirée se poursuit, nous enchaînons les verres et la tension retombe peu à peu. L’ambiance devient de plus en plus festive et nous rions beaucoup.

Vers 1h30, je suggère que nous allions nous coucher. J’indique le chemin de salle de bains à Thomas afin qu’il puisse se mettre à l’aise. Jean-Jacques et moi allons dans notre chambre. Mon mari est un peu éméché et se glisse aussitôt dans notre lit. Je retire ma robe ainsi que mon soutien-gorge et mes bas. Je garde mon string et enfile ma nuisette en soie.

Thomas réapparaît en caleçon et t-shirt. Il se tient debout devant moi, ne sachant pas quel comportement adopter. Je l’observe un instant pour le plus grand plaisir de mes yeux. Puis, je mets fin à son embarras et le prends par la main.

Jean-Jacques s’est endormi, les ronflements qui s’échappent de sa bouche ne trompent pas. Je m’allonge aux côtés de mon époux et fais signe à Thomas de s’installer près de moi. Je suis tout excitée et ma chatte humide est prête à l’emploi !

Le jeune puceau est très timide et les minutes passent sans que rien ne se produise…

Je commence à poser ma main sur la cuisse de mon vierge amant, puis remonte lentement jusqu’à son entrejambe. C’est alors que j’attrape sa belle bosse. J’appuie la paume de ma main tout en malaxant en cercle.

A ce moment, le désir de me faire baiser par ce jeune puceau embrase mon corps tout entier.

Mon apprenti commence enfin à me caresser pendant que mon mari ronfle paisiblement. Il glisse ses mains sous ma nuisette et entame une remontée spectaculaire sur mes seins. Je me sens engourdie, la température monte d’un cran !

Mon jeune apprenti fait glisser ses doigts entre mes cuisses pour caresser habilement mon petit bouton. Un petit gémissement s’échappe de ma bouche.

Peu expérimenté, mais déjà adroit, il vient entre mes lèvres et plante son index en moi. C’est ainsi que le plaisir nous envahit, je saisis son sexe d’une main déterminée en le serrant fortement !

J’embrasse langoureusement mon neveu par alliance avec la langue, lui donnant un savoureux french kiss. Ce jeune poulain va enfin connaître le plaisir de déguster une belle et jolie cougar mariée.

Je me relève pour aller chercher une boite de préservatifs dans la commode. Je déchire l’emballage et place la capote au creux de ma main. Je demande à mon jeune vierge si une femme a déjà sucé son sexe.

Il me répond que non, alors j’entame une langoureuse fellation. Je le suçote avec gourmandise. Je sens qu’il est prêt à exploser alors je me retire à temps pour enfiler le préservatif sur son sexe juvénile.

J’agrippe alors mon petit étalon et lui ordonne de me pénétrer.

Ses petits va-et-vient me font jouir rapidement, enivrée d’être pilonnée par ce jeune homme encore vierge !

Il crache rapidement son nectar dans la capote.

Alors je retire le bout de caoutchouc et astique son sexe pour le nettoyer. Nous nous endormons dans les bras l’un de l’autre. Pendant la nuit, ce jeune puceau prodige se met à bander de nouveau, alors nous reprenons nos ébats coquins.

Mon candauliste de mari se réveille soudain. Lorsqu’il nous voit en pleine action, ce dernier est émoustillé comme un gamin et il décide de brancher la caméra pour nous filmer.

La nuit s’achève dans la jouissance et la volupté. Je crois que notre neveu se souviendra de son séjour pour le reste de ses jours ! et il reste encore 2 nuits !

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.