Pourquoi les femmes aiment le BDSM en Suisse ? Ne croyez pas que toutes les femmes que vous avez connues n’ont pas fantasmé sur une forme de BDSM au moins une fois dans leur vie. Si vous en doutez, faites un test et demandez autour de vous. Je suis sûr que vous serez surpris du résultat. La Suisse, petit pays par sa taille, a la réputation d’être un hub BDSM en Europe.

BDSM

La Suisse ambassadrice du BDSM ?

J’ai voulu m’en assurer et grâce à l’annuaire érotique en ligne Catgirl.ch, j’ai pu trouver une escort BDSM en Suisse, à Genève plus précisément, qui a bien voulu me parler de ce sujet brulant. Voyons donc les motivations et les désirs cachés qui poussent les femmes à fantasmer sur le BDSM en Suisse.

Le BDSM démocratisé en un seul livre

Il y a quelques années est sorti le livre Fifty Shades of Grey. Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas eu le plaisir d’en parcourir les pages, un petit rappel. C’est l’histoire d’un homme qui ne peut obtenir de satisfaction sexuelle qu’en dominant les femmes de sa vie et en leur infligeant de la douleur. Il rencontre ensuite une femme réservée et essaie de l’endoctriner dans son monde profitant de son désir pour lui. Un peu naïvement peut-être, elle passe la plus grande partie de son temps à se dire qu’elle peut le changer.

Malgré cela, elle est de plus en plus attirée par son monde et il finit par la convertir de bonne en mauvaise fille.

Les plaisirs BDSM refoulés et autres jouets sexuels

Et c’est exactement ce que ressent une femme à qui l’on a dit de refréner sa sexualité. Les filles très conservatrices sont à l’extrême limite parce qu’on leur a dit de s’abstenir de toute activité sexuelle jusqu’au mariage. Mais sans véritable raison légitime il semblerait. De plus, dans les sociétés les plus puritaine, presque toutes les femmes se font imposer de garder leur sexualité secrète. C’est cet idéal qui a créé un décalage émotionnel.

Mais la réalité est que les femmes ne sont ni des madones ni des putains. Ni des anges purs ni des folles de sexe. Ce ne sont que des êtres humains. Ce sont des créatures biologiques qui ont de forts désirs sexuels tout comme leurs homologues masculins. Mais elles ont plus à perdre dans le jeu de l’accouplement car elles doivent sacrifier leur corps pour porter une progéniture.

Elles sont aussi le sexe le plus faible, le plus soumis. Et c’est ainsi qu’elles veulent être traitées d’égal à égal d’un point de vue sexuel. En tant qu’homme, si vous fantasmez de faire l’amour avec une femme, je parie que vous fantasmez de la saisir, de la dominer passionnément et de bouleverser son monde. Eh bien… les femmes ont aussi des fantasmes. Malheureusement pour elles, avec la structure de notre société et les relations entre les sexes en Occident, on dit que les hommes sont de plus en plus doux. On leur dit de contenir cette présence masculine.

Mais les femmes veulent exactement le contraire.

Elles veulent être dominées, même si elles revêtent leur visage de madone pour la société.

Elles aiment le sexe, et elles l’aiment brutalement.

Cependant, la plupart des femmes ne peuvent pas trouver d’hommes forts et dominants pour leur donner le sexe incroyable qu’elles désirent. Alors hélas, elles se contentent de vivre par procuration à travers les personnages de romans érotiques.

Ma gentille petite escort de Genève m’a avoué ce qui suit : « En ce qui concerne la recherche sexuelle, beaucoup de femmes fantasment sur la soumission, et beaucoup d’hommes fantasment sur la domination. Même si les hommes et les femmes sont plus égaux que jamais en matière de profession et de finances, nous sommes toujours très différents. Il existe des fantasmes fondés sur le sexe et le rôle. De nombreuses personnes dans notre société ont des fantasmes impliquant des bizarreries, du SM ou un comportement sexuel modifié. »

Mais croyez-le ou non, la plupart des hommes ne savent pas de quoi ils parlent. Mais comme je le dis toujours, on ne peut pas les blâmer. Les hommes sont des créatures rationnelles qui prennent la parole d’une femme au pied de la lettre.

bdsm suisse geneve talon aiguille rouge et menottes

Un BDSM sauvage

Les femmes, et les gens en général, aiment être méchants. C’est pourquoi certaines femmes aiment le sexe hard. Il y a juste quelque chose de plus excitant à s’engager dans des pratiques que la société considère comme taboues. Elles affichent un visage innocent, mais dans la chambre à coucher, elles veulent être malmenées.

Certains chercheurs ont même affirmé que les personnes qui pratiquent le BDSM sont en meilleure santé mentale, affirmant que ces individus sont « moins névrosés, plus ouverts, plus conscients et sensibles au rejet, plus sûrs dans leurs relations et ont un meilleur bien-être général ».

Alors, qui sait, peut-être que devenir un peu pervers pourrait être la meilleure chose à faire pour votre relation.

Les différentes formes de BDSM

Si vous voulez essayer le BDSM avec votre copine, assurez-vous de communiquer avant. Tous les niveaux de BDSM ne sont pas égaux. Certaines femmes aiment juste être attachées avec une légère fessée. D’autres aiment qu’on leur crie dessus en leur infligeant des douleurs avec des fouets et des chaînes tout en portant un masque à gaz.

Veillez donc à la faciliter dans sa pratique si vous voulez faire passer votre expérience sexuelle et la sienne à un niveau supérieur. Cela vous aidera aussi à gérer le changement. Honnêtement, il peut être choquant de libérer la bête sexuelle qui se trouve à l’intérieur d’une fille. Vous prenez ce que vous pensiez être une fille innocente et soudain elle se transforme en un animal insatiable.

Alors, découvrez ce qu’elle aime (et ce que vous aimez) et faites en sorte que certains de ses fantasmes deviennent réalité.

BDSM : domination et soumission

Si vous voulez être le maître dominant que votre femme veut, vous devez d’abord reprogrammer votre esprit. Vous avez des années et des années de conditionnement social qui vous ont égaré. Et bien que je ne puisse pas l’inverser avec un seul article, ce sera peut-être un catalyseur pour récupérer cette virilité féroce que tout le monde nous dit qu’il faut jeter au bord du chemin.

J’aime souvent parler de l’idée de récits sociaux. Un récit social est essentiellement l’ « histoire de vie » que la société vous dit de vivre pour être heureux et réussir. Mais vous, vous aimez les stéréotypes ?

Moi non. La seule façon de vous épanouir est de vivre une vie non conventionnelle. Tant dans votre travail qu’avec les femmes.

Et avec les femmes, c’est la société qui vous dit de le faire de telle manière.

Pas étonnant qu’il y ait des légions d’hommes déçus. Mais c’est ainsi que la société crée un environnement dans lequel les hommes apprennent à être plus obéissants. Ils mettent les femmes sur un piédestal. Et lorsque la femme a fini de coucher avec autant d’hommes qu’elle le juge utile, elle peut revenir à l’homme stable et gentil, l’épouser, et être sûre qu’il s’occupera toujours d’elle. Et l’homme s’efforce fidèlement de lui accorder tous ses désirs, tandis qu’elle désire secrètement d’autres hommes.

Bon, ces idées n’engagent que moi, évidemment.

Un futur rayonnant pour le BDSM en Suisse

La plupart des femmes décrivent la série Fifty Shades comme « extrêmement sexy », une lecture obligatoire pour toutes les femmes. Elle entre dans la dynamique du désir féminin et les laisse se perdre dans un monde de sexe sauvage et dominant. Et dans l’accomplissement ultime des fantasmes pervers. La plupart des femmes continueront à lire ces livres, en rêvant, et en se demandant ce que serait leur vie si une telle expérience pouvait leur arriver pendant une seule journée. Et ce n’est pas ma petite escorte BDSM de Genève qui dira le contraire.

Retrouvez en exclusivité notre glossaire BDSM

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.